Autisme

De nouvelles chaussures

Essayer des chaussures, c’est quelque chose d’assez banal n’est ce pas ?

Essayer des nouvelles chaussures avec un enfant ? Banal aussi non ?

Généralement, l’enfant est heureux, voir excité d’avoir une nouvelle paire de chaussures, toute neuve, immaculée. Ce même enfant trépigne d’impatience à l’idée de les mettre et généralement fini par arriver avec ses nouvelles chaussures dans ses petites mains à la caisse, les donne lui-même à la dame et sort du magasin, les fameuses nouvelles chaussures aux pieds en sautillant de joie.

Ca c’est le cas normal……

 

Essayer des nouvelles chaussures avec un enfant autiste, c’est autre chose ….Nous sommes loin du scénario classique.

L’arrivée dans le magasin n’est pas évidente : trop de monde, beaucoup de couleurs, trop de lumière.

L’enfant ne tient pas en place, est agacé et s’agite de plus en plus.

Vient l’essayage …. Et là catastrophe, l’enfant est terrifié, ne veut pas enlever ses vieilles chaussures qui sont pour lui un repère, crie, se tord dans tous les sens, se débat….

En face de lui, se trouve sa mère qui essaie de lui bloquer les jambes et de lui faire essayer cette foutue chaussure parce qu’il en a besoin, ces anciennes chaussures sont justes pour lui, il a du mal à marcher, il faut les changer.

Si elle avait pu venir sans lui elle l’aurait fait mais ce n’est pas évident d’acheter des chaussures sans les avoir essayer, elle manque de temps pour faire des allers-retours pour les échanges, elle ne connait personne qui pourrait le garder dans cette nouvelle ville dans laquelle elle vient de s’installer et surtout jamais au grand jamais elle aurait pensé qu’il réagirait comme cela ! Il n’avait jamais fait ça avant !

Qu’est ce qu’il se passe, mais pourquoi réagit-il comme ça ?!

Les hurlements s’amplifient, il se débat de plus en plus ! Pourtant ce n’est qu’une chaussure, qu’est ce qu’elle doit faire ? Comment doit-elle procéder pour que ça s’arrête !? Autant de questions qui se bousculent dans sa tête.

Pas le temps de trouver la réponse à ses questions, elle entend une remarque acerbe à son encontre… Elle lève les yeux vers la personne, c’est une femme d’environ 60 ans qui se plaint du comportement de l’enfant ainsi que de l’incompétence de la mère.

La jeune maman se rend compte qu’un attroupement s’était formé autour d’elle et que plusieurs paires d’yeux la fixent avec réprobation.

C’en est trop, elle se lève et va en direction de la femme aux cheveux gris et l’interpelle :

Vous n’avez pas le droit de me juger, vos enfants étaient autistes ?

Le regard de la femme se fige, elle bafouille, et dit à la maman qu’elle ne l’a pas jugé.

Mais la maman en a assez : « Vous me jugez avec vos remarques, vos regards ! Avez-vous la moindre idée de ce que peut être mon quotidien, ma vie !!!!!

Vous ne savez rien et pourtant vous me jugez, réfléchissez avant de parler ! Réfléchissez ! Peut-être qu’en face de vous se trouve une personne en difficulté qui en a marre d’être jugé !

La femme s’enfuit.

La maman, elle, est épuisée par ce qu’elle vient de vivre, mais ce n’est pas fini….

La vendeuse s’approche d’elle et lui dit qu’elle a bien fait de réagir et qu’il ne faut pas se laisser faire, et essaie de parler au petit garçon en lui montrant toutes les qualités des potentielles nouvelles chaussures.

Une dame arrive et commence à la plaindre, en disant à quel point ça devait être difficile de vivre avec tout cela, se met même à pleurer, se lamentant pour la maman.

A ce moment là, la jeune maman se demande si le pire ce n’était pas cela ! Que l’on se lamente ainsi à son propos.

Elle décide qu’elle ne peut en supporter plus, remercie la vendeuse, prend son petit et quitte le magasin.

 

Ce récit n’est pas fictif…. Je l’ai vécu, c’était moi la maman.

Comme j’en ai pleuré d’avoir eu à supporter tout cela !

J’ai vécu ce douloureux épisode il y a 3 ans de cela avant la méthode des 3I.

 

Aujourd’hui, nous sommes allés dans un grand magasin très connu pour le sport, les baskets et équipements en tout genre pour les différentes activités sportives et ce pour toute la famille, vous savez la grande enseigne bleu et blanche.

Il y avait énormément de monde, je n’ai vraiment pas de chance moi quand je vais faire les magasins !

Il lui fallait une paire de basket pour une sortie scolaire.

Arrivés au rayon, mon petit était étourdi par tout ce monde, je lui ai montré les baskets et lui ai même demandé de choisir la couleur.

Le bleu canard me plaisait bien, plus que le bleu électrique ou encore le gris, mais je n’aurais pas influencé son choix.

Il me répond mais en chuchotant, forcément je ne l’entends pas avec tout ce monde.

Je lui demande de toucher avec son doigt la couleur qu’il préfère et il me montre le bleu canard. Je souris intérieurement : bon choix.

Tiens je remarque qu’il y a sa taille aussi en noir, couleur qu’il avait pris pour ses anciennes baskets et je les lui montre, et il me dit qu’il veut les noires.

Tu es sûr ?

Oui je suis sûr.

Je remets les baskets bleu canard en rayon.

 

Je lui fais essayer une paire…. Trop juste.

Je lui dit : « cette paire de baskets est trop juste, je vais te faire essayer une autre en un peu plus grande ».

Il accepte sans broncher.

La deuxième paire essayée, c’est la bonne pointure.

 

Deuxième étape : lui expliquer que cette paire servira à la sortie avec l’école et qu’il ne peut pas la mettre avant.

Explication acceptée.

 

Troisième étape : remettre ses anciennes chaussures pour quitter le magasin.

Aucun problème !!!!

 

Nous passons à la caisse, il est heureux de donner ses baskets à la dame et les mets lui-même dans le sac cabas.

 

Quel bonheur !

Pouvez-vous imaginer ce que mon cœur de maman a pu ressentir ?

 

Depuis la méthode, notre vie a beaucoup changé !

Ce qui était impossible à faire avant, l’est partiellement, ou presque entièrement aujourd’hui.

Une telle situation était inimaginable il y a 3 ans !

Il n’y avait que  la crainte, la peur et l’angoisse d’une crise !

 

Acheter de nouveaux vêtements étaient un calvaire, les essayages l’angoissaient et moi avec !

J’ai appris à acheter des vêtements sans lui, avec un pantalon  et un tee-shirt de référence.

J’ai perdu beaucoup de temps en allers-retours pour échanger ce qui n’allait pas.

 

…Et puis le temps a passé, et aujourd’hui, il est possible de l’emmener faire les magasins mais il faut que ce soit assez rapide, je peux même lui faire essayer des vêtements….

Mais je reste sur mes gardes, car quelquefois notre vie peut être une vraie roulette russe !

Aujourd’hui tout va bien mais il se peut que demain, ses crises recommencent.

Il me reste à espérer qu’il continue à faire des progrès.

🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s